altmarius

cultură şi spiritualitate

Les Très Riches Heures du duc de Berry - 1

Les Très Riches Heures du duc de Berry

Page d'aide sur l'homonymie 
Les Très Riches Heures
du duc de Berry
Les Très Riches Heures du duc de Berry#L'Homme anatomique, folio 14.
L'Homme anatomique, ou Homme zodiacal, enluminure réalisée par les Frères de Limbourg et portant les armes du duc Jean de Berry, f.14v.
Artiste Frères de Limbourg
Barthélemy d'Eyck ?
Jean Colombe
Date 1411-1416
années 1440
1485-1486
Technique Manuscrit relié - peinture survélin
Dimensions (H × L) 29 × 21 cm
Localisation Musée Condé, Bibliothèque,Chantilly (France)
Propriétaire Institut de France
Numéro d'inventaire Ms. 65

Les Très Riches Heures du duc de Berry est un livre d'heurescommandé par le duc Jean Ier de Berry et actuellement conservé aumusée Condé à Chantilly (France) sous la cote Ms. 65.

Il est commandé par le duc aux frères Paul, Jean et Herman de Limbourgvers 1410-1411. Inachevé à la mort des trois peintres et de leur commanditaire en 1416, le manuscrit est probablement complété, dans certaines miniatures du calendrier, par un peintre anonyme dans les années 1440. Certains historiens de l'art y voient la main de Barthélemy d'Eyck. En 1485-1486, il est achevé dans son état actuel par le peintreJean Colombe pour le compte du duc de Savoie. Acquis par le duc d'Aumale en 1856, il est toujours conservé dans son château de Chantilly, dont il ne peut sortir, en raison des conditions du legs du duc.

Sur un total de 206 feuillets, le manuscrit contient 66 grandes miniatureset 65 petites. La conception du livre, longue et complexe, a fait l'objet de multiples modifications et revirements. Pour ses décors, miniatures mais aussi calligraphielettrines et décorations de marges, il a été fait appel à de nombreux artistes, mais la détermination de leur nombre précis et de leur identité reste à l'état d'hypothèse. Réalisées en grande partie par des artistes venus des Pays-Bas, à l'aide des pigments les plus rares, les peintures sont fortement influencées par l'art italien et antique. Après un oubli de trois siècles, les Très Riches Heures ont acquis rapidement une grande renommée au cours des xixe et xxe siècles, malgré leur très rare exposition au public. Les miniatures ont contribué à façonner une image idéale du Moyen Âge dans l'imaginaire collectif. C'est particulièrement le cas des images du calendrier, les plus connues, représentant à la fois des scènes paysannes, aristocratiques et des éléments d'architectures médiévales remarquables. Il s'agit de l'un des plus célèbres manuscritsenluminés.

Histoire du manuscrit

L'œuvre des frères de Limbourg

Le duc habillé de noir et sa suite quittent une ville, précédés d'un lévrier et d'un messager, le tout surmonté d'un ange.
La miniature ajoutée auxPetites Heures de Jean de Berry par les frères de Limbourg et représentant le duc de Berry partant en pèlerinage.

Lorsque Jeanpremier duc apanagé du Berry, troisième fils de Jean II Le Bon, commande aux frères de Limbourg, Paul (ou Pol), Jean (ou Jannequin, Jehannequin ou Hennequin) et Herman (ou Herment) un nouveau livre d'heures, les liens entre les artistes et leur commanditaire sont déjà étroits. Il leur a déjà commandé vers 1405 la réalisation de sesBelles Heures qu'ils achèvent vers 1408-1409ms 1. Outre les deux livres déjà cités, le duc de Berry, grand bibliophile et amateur d'art dans tous les domaines, est par ailleurs déjà le propriétaire de quatre autres livres d'heures commandés à d'autres artistes : les Petites Heures de Jean de Berry (réalisées entre 1375-1380 puis 1385-1390)ms 2, son premier livre d'heures pour lequel il demande à Paul d'ajouter une miniature en 1412, les Très Belles Heures ou Heures de Bruxellesms 3, des Grandes Heuresms 4 et enfin des Très Belles Heures de Notre-Dame, aujourd'hui démembrées, dans lesquelles les frères de Limbourg ont ajouté au moins trois miniaturesms 5,c 1.

Les conditions de travail réservées aux frères de Limbourg par le duc sont exceptionnelles : ils bénéficient d'un contrat exclusif pour le duc et ils sont sans doute d'abord logés dans son château de Bicêtre, au sud de Paris, puis dans une maison luxueuse que leur a offerte le duc à Bourges. Ils se retrouvent ainsi exclus de la concurrence des autres ateliers et peuvent pleinement laisser libre cours à leur talent de peintre1.

Pour Raymond Cazelles, conservateur du musée Condé, les frères de Limbourg travaillent peut-être sur les Très Riches Heures à partir de 1410c 2. Pour Patricia Stirnemann, chercheur à l'Institut de recherche et d'histoire des textes, un petit détail du texte indique que le début de la rédaction du manuscrit ne commence qu'en 1411. Au folio 73, la litanie des confesseurs mentionne un saint Albert qui désigne, selon elle, Albert de Trapani. Celui-ci n'a été officiellement canonisé qu'en 1476, mais l'ordre du Carmel instaure en 1411, à l'occasion d'un chapitre général, une « fête par dévotion » afin de vénérer le religieux sicilien. Le manuscrit serait ainsi le premier témoignage de cette dévotion2.

En 1411, un premier texte atteste d'ailleurs que les frères de Limbourg sont au service du duc ; ils le restent de manière assurée jusqu'en 1415. Un plan est tout de suite élaboré et des enluminures réalisées, principalement celles dont les thèmes sont tirés des Évangiles. Peut-être vers 1413, le premier plan est bouleversé. Les frères réalisent alors les miniatures du « cycle de la Passion », ainsi que quatre miniatures du calendrier et une série de huit miniatures exceptionnelles par leur taille et leur sujet, parmi lesquelles L'Homme anatomique et le Plan de Rome. Il est difficile de savoir si les trois frères réalisent ensemble toutes les enluminures ou s'ils se répartissent le travail. Pour autant, l'historien de l'art américain Millard Meiss a tenté de répartir les miniatures entre les trois frères, en se fondant sur les autres manuscrits qui leur sont attribués : parmi les grandes enluminures, selon lui, dix-neuf seraient de la main de Paul, 16 de Jean et 9 d'Herman. Cependant, ces hypothèses ont été fortement critiquées, notamment par François Avril, conservateur à laBibliothèque nationale de France. Raymond Cazelles préfère distinguer les trois frères de manière anonyme en les désignant sous les noms de « Limbourg A » (peut-être Paul), « Limbourg B » (peut-être Herman) et « Limbourg C » (peut-être Jean)c 3. Ils disparaissent tous les trois en 1416, peut-être à la suite d'une épidémie de peste, sans que le manuscrit soit achevé, et notamment les représentations des moisc 4. Une partie du manuscrit garde encore des traces de ce brusque arrêt : le folio 26 verso conserve le dessin d'un iris dans un pot et d'un oiseau qui n'ont pas été coloriésc 2.

Le 15 juin de cette même année 1416, leur commanditaire disparaît. Son inventaire après décès mentionne le manuscrit en plusieurs cahiers rangés dans une boîte : « Item, en une layette plusieurs cayers d'unes tres riches Heures que faisoient Pol et ses freres, tres richement historiez et enluminez ; prisez Vc [500] l[ivres] t[ournois] »3. Si l'estimation n'est pas très importante en comparaison des 4 000 livres des Grandes Heuresms 4, cela reste une forte somme pour un manuscrit inachevé et non relié. Selon Millard Meiss, le manuscrit reste en possession des rois de France après 1416. La liquidation des biens du duc semble avoir été interrompue pendant la période d'occupation de Paris par les Anglais, à partir de 1420, en pleine Guerre de Cent Ans et le manuscrit reste, semble-t-il, inaccessible jusqu'en 1436, année de la libération de la villepar les troupes françaises de Charles VII4.

Les autres peintres, après la mort des frères de Limbourg

Personnage agenouillé, en prière, la tête couronnée et vêtu d'un grand manteau rouge.
Charles Ier de Savoie, propriétaire du manuscrit à la fin du xve siècle, représenté au folio 75r.

D'après l'historien de l'art italien Luciano Bellosi5, le manuscrit est complété par un peintre qui serait intervenu dans les années 1440. Les miniatures de certains mois — mars, juin, septembre, octobre et décembre — sont réalisées ou achevées à cette époque : certains costumes y sont caractéristiques de la mode apparue dans les années 1440. Même si cette datation par la mode a été discutée, plusieurs innovations graphiques présentes dans ces miniatures — comme le plus grand réalisme des paysans ou de la nature — peuvent ainsi s'expliquer par une datation du milieu du xve siècle. D'autres ajouts de style eyckien sont décelables dans certains personnages de l'illustration des Litanies de saint Grégoire (f.71v-72). Cette existence d'un peintre intermédiaire un peu avant le milieu du siècle fait désormais l'objet d'un quasi-consensus parmi les historiens de l'art4. Selon Bellosi, ce peintre vivait sans doute dans l'entourage royal ou dans celui de René d'Anjou, beau-frère de Charles VII. Le style de ce peintre, qui possède des caractères eyckiens, peut être rapproché notamment de celui de l'auteur du manuscrit du Livre du cœur d'Amour épris deViennems 6, commandé par le roi Renéc 5. Celui-ci a depuis été attribué à Barthélemy d'Eyck, ce qui fait dire à Nicole Reynaud, entre autres, que ce peintre officiel du roi de Provence serait l'auteur de ces ajouts dans le manuscrit des Très Riches Heures avant 14506. Pour elle, la représentation des chiens de Décembre, avec la bave aux lèvres, vaut une quasi-signature de l'artiste7.

Cette attribution à Barthélemy d'Eyck a été contestée par plusieurs spécialistes. C'est le cas par exemple de l'historienne de l'art britannique Catherine Reynolds, pour qui le style des ajouts de ce peintre intermédiaire ne correspond pas à celui de Barthélemy d'Eyck. D'autre part, des emprunts à ces parties des Très Riches Heures se retrouvent très tôt dans certaines miniatures de manuscrits dans deux livres d'heures attribués au maître de Dunois : une scène de semailles d'octobre dans un manuscrit conservé à Oxfordms 7 et une Présentation au temple dans les Heures de Dunoisms 8. Or, c'est entre 1436 et 1440 que ces manuscrits sont produits. Dès lors, les ajouts du peintre intermédiaire doivent être datés au plus tard à la fin des années 1430. Cependant, à cette époque, Barthélemy d'Eyck, actif uniquement à partir de 1444, ne peut avoir eu entre les mains les cahiers inachevés du duc de Berry selon Reynolds8.

Pour l'historienne de l'art Inès Villela-Petit, ce problème de datation pourrait s'expliquer par le fait que les dessins du calendrier avaient déjà été en grande partie tracés par les frères de Limbourg, à défaut d'en avoir achevé la peinture. Ainsi, le maître de Dunois aurait consulté ces dessins pour réaliser ses propres miniatures dans les années 1436-1440, et non les ajouts à ces dessins effectués par Barthélemy d'Eyck après 1440. Cette hypothèse permet d'expliquer l'intervention du peintre du roi René à telle période. Plus précisément, le peintre pourrait être intervenu à la demande de Charles VII, propriétaire de l'ouvrage, alors que le roi séjournait à Saumur en 1446 chez son cousin René d'Anjou4.

Dans les années 1480, le manuscrit est en possession de Charles Ier de Savoie. En effet, celui-ci est le neveu de Louis XI, ce qui fournit l'occasion de faire passer le manuscrit d'une famille à l'autrec 6. Pour Nicole Reynaud, c'est Charlotte de Savoie, femme de Louis XI, qui possède les cahiers du manuscrit à sa mort, le 1er décembre 1483. En effet, son inventaire après-décès comporte la mention imprécise d'un livre d'heures qui pourrait être les Très Riches Heures. Elle le lègue à son neveu Charles7. Un texte du 31 août 1485 atteste que le duc de Savoie fait appel au peintre berrichon Jean Colombe pour achever le manuscrit. Celui-ci le complète sans doute à Bourges, dans son atelier. Il le rapporte au prince dans son châteauà Chambéry. Le 3 juin 1486, le duc récompense le peintre, dont le travail le satisfait, en lui accordant une rente de 100 écuspar an ; le manuscrit est alors sans doute achevé. Jean Colombe a notamment réalisé ou achevé 27 grandes miniatures et 40 petitesc 7.

Les pérégrinations du manuscrit

Portrait en demi-grandeur du duc habillé de noir, portant barbe en pointe et moustaches, une main dans le manteau.
Portrait du duc d'Aumaleen 1866 par Charles Jalabert.

Le parcours du manuscrit est obscur après 1486. À la mort de Philibert II de Savoie, descendant de Charles Ier, sa veuve en secondes noces, Marguerite d'Autriche, quitte la Savoie pour regagner les Pays-Bas, emportant avec elle une quinzaine de livres de la bibliothèque des ducs. Selon Paul Durrieu, un inventaire de la chapelle de Marguerite àMalines mentionne en 1523 une « grande heure escripte à la main », qu'il rapproche desTrès Riches Heures. Selon lui, le manuscrit serait passé ensuite en possession d'Ambrogio Spinola, militaire génois au service de la couronne espagnole aux Pays-Bas décédé en 1630. C'est par ce biais qu'il serait retourné en Italie, et plus particulièrement dans la région de Gênes. On retrouve les armes de sa famille sur la reliure actuelle. Selon Raymond Cazelles, le manuscrit reste en possession de la famille de Savoie, passant de Chambéry àTurin dans le courant du xvie siècle avec le reste de la bibliothèque des ducs. Celle-ci est léguée officiellement à la bibliothèque royale de Turin en 1720 par Victor-Amédée II. Selon Cazelles, le livre d'heures n'a donc jamais quitté le Piémontc 8.

Le manuscrit, dans son état actuel, a été relié au xviiie siècle et est en possession du baron italien Felix de Margherita au milieu du xixe siècle. Celui-ci l'aurait hérité du marquis Gérôme de Serra (1767-1837), maire de Gênes. En décembre 1855, le bibliophile d'origine italienne et bibliothécaire-adjoint du British Museum Antoine Panizzi indique à Henri d'Orléans, duc d'Aumale, que le propriétaire cherche à vendre son bien. Il est acheté le 20 janvier 1856 par le duc pour la somme de 18 000 francs, soit 22 000 francs avec les frais d'intermédiaire. Le duc le fait venir en Angleterre, où il vit alors en exilc 9. En 1871, à son retour, le livre regagne la France. Cependant, l'exposition du manuscrit reste très rare car le testament du duc d'Aumale, entré en vigueur à sa mort en 1897, empêche toute sortie du manuscrit du musée Condé9.

Composition du manuscrit

L'ouvrage contient 206 feuillets, d'un format de 21 cm de largeur sur 29 cm de hauteur, répartis en 31 cahiers reliés. Les feuillets sont fabriqués à partir d'une feuille de vélin très fin pliée en deux, formant deux feuillets de quatre pages. Chaque cahier était sans doute formé, à l'origine de la constitution du livre, de quatre de ces feuillets doubles, soit seize pages. Seuls 20 des 31 cahiers suivent encore cette forme, les 11 autres ayant été réduits ou augmentés. Le manuscrit compte 66 grandes miniatures couvrant la totalité d'un feuillet ou ne laissant que trois à quatre lignes de texte et 65 petites, s'insérant dans une des deux colonnes de textec 10.

Organisation actuelle du manuscrit

Le livre d'heures se répartit de la façon suivante (les œuvres dont les titres sont en gras illustrent la ligne concernée) :

Organisation du manuscrit et répartition des miniaturesc 11
Chapitre Cahiers Feuillets Nombre de miniatures Exemple de miniature
Calendrier 1 à 3 1 à 12 12 grandes miniatures (1 par mois)
plus une miniature exceptionnelle (L'Homme anatomique)
Les Très Riches Heures du duc de Berry#Janvier, folio 1 verso
QuatrepéricopesdesÉvangiles 4 17 à 19 2 grandes (Saint Jean à PatmosLe Martyre de saint Marc)
et 2 petites (Saint LucSaint Mathieu)
Saint Jean sur un îlot, un aigle à ses côtés, surmonté du Christ et des 24 vieillards, une ville en fond d'image
Oraison à laVierge 4 20 à 25 verso 3 petites (La Vierge à l'EnfantLa Sibylleet L'Empereur Auguste)
et 1 miniature exceptionnelle (Adam et Ève expulsés du paradis)
La Vierge à l'Enfant en médaillon en haut, une prophétesse en bas à gauche et l'empereur Auguste en bas à droite
Les Heuresde la Vierge 6 à 10 26 à 63 verso 10 grandes miniatures (L'AnnonciationLe Baptême de saint AugustinLa VisitationLa NativitéL'Annonce aux bergersScènes de la fuite en ÉgypteLe Couronnement de la Vierge), 3 miniatures exceptionnelles (La Rencontre des rois magesL'Adoration des rois magesLa Purification de la Vierge) et 34 petites La Vierge bénie par son fils le Christ entourés des anges et des saints
LesPsaumes pénitentiaux 10 à 11 64 à 71 recto 1 miniature exceptionnelle (La Chute des anges rebelles) et sept petites miniatures (Imploration dans l'épreuveL'Aveu libéré du péchéPrière dans la détresseMiserere,Prière dans le malheurDe Profundis,Humble supplication) David sur son trône donne à Urie une lettre dans un intérieur du XVe siècle
La GrandeLitanie 11 71 verso à 74 verso 2 grandes miniatures (Procession de saint Grégoire, sur 2 pages) Sous le texte, une procession sort par d'une porte, devancé par une chasse, puis le pape
Les Heures de la croix 11 à 12 75 à 78 verso 1 grande miniature (Le Christ de pitié) Le Christ aux stigmates devant sa croix et un paysage, entouré du duc et de la duchesse de Savoie agenouillés
Les Heures du Saint-Esprit 12 79 à 81 verso 1 grande miniature (La Pentecôte) La Vierge entourée des apôtres reçoivent le Saint-Esprit dans une basilique
L'Office des morts 12 à 16 82 à 108 5 grandes miniatures (Job sur son fumier,Les Obsèques de Raymond DiocrèsLe Cavalier de la mortAction de grâce auprès d'un danger mortelMiserere), 1 miniature exceptionnelle (L'Enfer), 9 petites (Hymne d'action de grâcesHymne au Dieu secourablePrière du juste persécutéPrière dans le périlPrès de Dieu, point de crainte,Action de grâces, appel au secours,Complainte du lévite exiléHymne d'action de grâceLe Cantique d'Ézéchias) David en armure, agenouillé devant une grotte dans un paysage et réclamant la miséricorde
L'Office de la semaine 17 à 21 109 à 140 7 grandes miniatures (Dimanche - Le Baptême du ChristLundi - Le Purgatoire,Mardi - La Dispersion des ApôtresMercredi - Le ParadisJeudi - Le Saint Sacrement,Vendredi - L'Invention de la CroixSamedi - La présentation de la Vierge au temple) et 1 miniature exceptionnelle (Le Plan de Rome) Le Christ baptisé par saint Jean dans le Jourdain, surmonté de la Trinité
Les Heures de laPassion 22 à 24 142 à 157 verso 9 grandes miniatures (L'Arrestation de Jésus (Ego Sum)Le Christ conduit à la demeure de son jugeLa FlagellationLa Sortie du prétoireLe Portement de croixLa CrucifixionLes TénèbresLa Déposition de croixLa Mise au tombeau) et 4 petites (Psaume imprécatoireParmi la sexte, souffrances et espoirs du justeLamentation,Au milieu des lions) Dans la nuit, le Christ accompagné de saint Pierre, les soldats venus le chercher atterrés à ses pieds
Les Heures de l'année liturgique 25 à 31 158 à 204 verso 12 grandes miniatures (La Messe de Noël,Premier dimanche de Carême - La tentation du Christ2e dimanche de Carême - La Cananéenne3e dimanche de Carême - La Guérison du possédé4e dimanche de Carême - La Multiplication des pains,Dimanche de la Passion - La Résurrection de LazareDimanche des Rameaux - L'Entrée du Christ à JérusalemDimanche de Pâques - La RésurrectionFête de l'Ascension - L'AscensionL'Exaltation de la croixFête de l'archange - Le Mont-Saint-MichelLe Martyre de saint André) et 6 petites miniatures (La PentecôteLa Trinité - Le Christ bénissant le mondeFête-Dieu - La Communion des apôtresFête de la Vierge - Vierge à l'EnfantLa Toussaint - La Bénédiction du papeFête des Morts - La Messe des morts) Le Christ, debout sur son tombeau accompagné d'un ange et entourés de ses gardiens atterrés

Dans son état actuel, le manuscrit est incomplet : il lui manque les matines et les laudes du cycle de la Passion. À ces miniatures, s'ajoutent des lettrines au début de chaque phrase et des bouts-de-lignes en fin de phrase, ainsi que de grandes initiales au début de chaque prière ou de chaque psaume, accompagnées de décorations de fleurs et de feuillages séparant les colonnes de texte ou décorant les marges. Les huit miniatures exceptionnelles sont des pages peintes probablement en dehors du cadre du plan du manuscrit et ajoutées a posteriori aux cahiersc 10

.

Les étapes de l'élaboration du manuscrit

L'alyse des miniatures, de leur style et de leurs formes a permis à Millard Meiss puis à Raymond Cazelles de proposer un schéma de la chronologie dans l'élaboration du manuscrit des Très Riches Heures. Meiss est ainsi parvenu à distinguer la main de 13 artistes distincts. Une nouvelle analyse approfondie du manuscrit, menée par Patricia Stirnemann, lui a permis de distinguer cette fois 27 différents artistes10.

Elle distingue ainsi les copistes (au nombre de cinq, selon elle), les enlumineurs de petites lettrines et de « bouts-de-lignes » en début en et fin de chaque phrase (neuf artistes), les peintres de bordures de pages ou d'initiales ornées et historiées en début de chapitre (huit personnes) et les miniaturistes (cinq personnes). Contrairement à ce que l'on pourrait croire, les Très Riches Heures ne sont pas le résultat d'un programme établi à l'avance et dirigé par un maître selon des instructions préétablies. Bien au contraire, elles sont le résultat de multiples revirements, de coupures et de retouches10.

Élaboration du manuscrit et répartition des miniaturesc 4,10
Période Cahiers ou folios concernés Artistes/artisans Miniatures Exemple de miniature
Première campagne (entre 1411 et 1416) Cahiers 4, 6 à 11, 25 à 29 et folio 198 r/v du cahier 30 Initiales par les frères de Limbourg ainsi que par leMaître du Bréviaire de Jean sans Peuret le Maître de l'Iris, 4 enlumineurs de lettrines et bouts-de-ligne différents. 13 miniatures par les frères de Limbourg Saint Jean à Patmos (f.17),Martyre de saint Marc(f.19), La Vierge,L'Annonciation (f.26), La Visitation (f.38v), La Nativité (f.44v), L'Annonce aux bergers (f.48), La Tentation du Christ(f.161v), La Guérison du possédé (f.166r), La Multiplication des pains(f.168), La Résurrection de Lazare (f.171), L'Entrée du Christ à Jérusalem(f.173v), L'Exaltation de la Croix (f.193r), Le Mont Saint-Michel (f.195) La vierge à un pupitre et l'ange Gabriel dans un bâtiment gothique
Deuxième campagne (entre 1411 et 1416) Cahiers 10, 12 à 24, 27-28, 30-31 Éclatement du premier plan, 5 nouveaux enlumineurs de lettrines et bouts-de-ligne, 2 nouveaux peintres d'initiales : lePseudo-Jacquemart(cahiers 10, 17, 18, 23 et 24) et le Maître du Sarrasin et les Limbourg pour les miniatures dont 14 grandes miniatures, pour la première fois en pleine page (dont les « miniatures exceptionnelles ») Rencontre des rois mages(f.51v), Adoration des mages (f.52), Présentation au Temple (f.54), Le Couronnement de la Vierge (f.60v), La Chute des anges rebelles (f.64v),L'Enfer (f.108), Le Plan de Rome (f.141), Ego Sum(f.142), Le Christ conduit à la demeure de son juge(f.143), La Flagellation(f.144), La Sortie du prétoire (f.146v), Le Portement de croix (f.147),Les Ténèbres (f.153), La Déposition de la croix(f.156v), et peut-être Adam et Ève expulsés du paradis(f.25v) et L'Homme zodiacal (f.14v) Le Christ, entouré des larrons, descendu de la croix, la Vierge et saint Jean au pied
Troisième campagne (entre 1411 et 1416) Cahiers 1-3, 11, 13, 24-25, 28 (en grande partie inachevés) 1 nouvel enlumineur, 1 peintre de décors marginaux : leMaître de Bedford(f.86v, 152v, 158, 182), et 3 peintres d'initiales : le Maître du KL de Janvier (f.1, 2, 5, 6, 7), le Maître du KL d'août (f.8 à 12) et Maître du KL de Mars et Avril et la réalisation de 12 miniatures en totalité ou partiellement par les frères de Limbourg JanvierFévrierMars (en grande partie), AvrilMai,Juin (en partie), peut-êtreJuilletAoûtOctobre,Décembre (partiellement) ainsi que le dessin desObsèques de Raymond Diocrès (f.86v) et La Messe de Noël (f.158) Scène de funérailles dans une église, scène des 3 morts et des 3 vifs en dessous
Peintre intermédiaire (années 1440 ?) Cahiers 1-3 Le Peintre intermédiaire : parfois identifié àBarthélemy d'Eyck(achèvement des mois du calendrier et quelques autres ajouts) MarsJuinSeptembre,Octobre et Décembre, ainsi que quelques ajouts aux personnages des Litanies de saint Grégoire (f.71v-72)11 Les Très Riches Heures du duc de Berry#Septembre, folio 9v
Commande du duc de Savoie (1485-1486) Cahiers 6 (petites miniatures), 9 à 15, 17 à 20, 23 à 31 (partiellement) Jean Colombe(achèvement ou réalisation de 27 grandes miniatures et 40 petites) Entre autres : Le Christ de pitié (f.75), La Pentecôte(f.79), Job sur son fumier(f.82), Le Cavalier de la mort (f.90), Action de grâce après un danger de mortel(f.95), Miserere (f.100), Le Baptême du Christ (f.109),Le Purgatoire (f.113), La Dispersion des Apôtres(f.122), Le Paradis (f.126),Le Saint Sacrement(f.129v), L'Invention de la Croix (f.133), La Présentation de la Vierge au temple (f.137), La Mise au tombeau (f.157), Au milieu des lions (f.157v), La Messe de Noël (mise en couleur, f.158), La Résurrection (f.182),L'Ascension (f.184), Le Martyre de saint André(f.201) Saint André crucifié sur une croix en X devant une foule

Les peintres d'initiales ou de bordures ont été ici désignés par Stirnemann selon des noms conventionnels pour les distinguer ou les rapprocher d'autres peintres de manuscrits. Ainsi, le Maître du Bréviaire de Jean sans Peur est rapproché du peintre du bréviaire réalisé pour Jean Ier de Bourgogne vers 1413-1415ms 9. Le Maître de l'Iris doit son nom au dessin d'un iris qu'il a laissé inachevé au folio 26. Le Pseudo-Jacquemart, parfois identifié à Jean Petit, peintre collaborateur et beau-frère de Jacquemart de Hesdin, est l'auteur de la plupart des miniatures, initiales et drôleries des Grandes Heures du duc de Berryms 4. Le Maître du Sarrasin doit son nom à la tête de sarrasin dans l'initiale du folio 65. Le Maître de Bedford, parfois identifié à Haincelin de Haguenau12, est notamment le peintre du Livre d'Heures du duc de Bedford vers 1414-1415ms 10. Les Maîtres du KL doivent leur nom aux initiales « K » et « L » qu'ils ont réalisées dans le texte des calendriers. Le Maître du KL de Janvier peut être assimilé à un collaborateur du Maître de Bedford dans les Heures du même nom et dont il a réalisé les bordures. Le Maître du KL d'août peut être rapproché pour sa part du peintre de plusieurs bordures desHeures Lamoignonms 11. Le Maître du KL de mars et d'avril présente des ressemblances avec un manuscrit de labibliothèque Bodléiennems 12,10.

Réalisations de différents peintres d'initiales

Vizualizări: 646

Adaugă un comentariu

Pentru a putea adăuga comentarii trebuie să fii membru al altmarius !

Alătură-te reţelei altmarius

STATISTICI

Free counters!
Din 15 iunie 2009

201 state 

(ultimul: Mauritania)

Numar de steaguri: 263

Record vizitatori:    8,782 (3.04.2011)

Record clickuri:

 16,676 (3.04.2011)

Steaguri lipsa: 41

1 stat are peste 660,000 clickuri (Romania)

1 stat are peste 100.000 clickuri (USA)

1 stat are peste 40,000 clickuri (Moldova)

2 state au peste 20,000  clickuri (Italia,  Germania)

1 stat are peste 10.000 clickuri (Franta)

6 state au peste 5.000 clickuri (Olanda, Belgia, Marea Britanie, Canada, UngariaSpania )

10 state au peste 1,000 clickuri (Polonia, Rusia,  Australia, IrlandaIsraelGreciaElvetia ,  Brazilia, Suedia, Austria)

50 state au peste 100 clickuri

16 state au un click

Website seo score
Powered by WebStatsDomain

DE URMĂRIT

1.EDITURA HOFFMAN

https://www.editurahoffman.ro/

2. EDITURA ISTROS

https://www.muzeulbrailei.ro/editura-istros/

3.EDITURA UNIVERSITATII CUZA - IASI

https://www.editura.uaic.ro/produse/editura/ultimele-aparitii/1

4. PRINTRE CARTI

http://www.printrecarti.ro/

5. ANTICARIAT ALBERT

http://anticariatalbert.com/

6. ANTICARIAT ODIN 

http://anticariat-odin.ro/

7. TARGUL CARTII

http://www.targulcartii.ro/

8. MAGAZINUL DE CARTE

http://www.magazinul-de-carte.ro/

9. ANTICARIAT PLUS

http://www.anticariatplus.ro/

10. CARTEA DE CITIT

http://www.carteadecitit.ro 11. ANTICARIAT ON-LINE
http://www.carti-online.com/

12. ANTICARIATUL DE NOAPTE

 http://www.anticariatuldenoapte.ro/

13. ANTICARIATUL NOU

http://www.anticariatulnou.ro

14. ANTICARIAT NOU

https://anticariatnou.wordpress.com/

15. ANTICARIAT ALEPH

https://www.anticariataleph.ro/

16. ANTIKVARIUM.RO

http://antikvarium.ro

17.ANTIKVARIUS.RO

https://www.antikvarius.ro/

18. EDITURA ARGONAUT

https://www.editura-argonaut.ro/

19.EDITURA MEGA

https://edituramega.ro/

20. TIMBREE

www.timbree.ro

21. FILATELIE

 http://www.romaniastamps.com/

22 MAX

http://romanianstampnews.blogspot.com

23. STAMPWORLD

http://www.stampworld.com

24. LIBMAG

https://www.libmag.ro/oferta-carti-polirom/?utm_source=facebook-ads-7-99-polirom&utm_medium=banner-facebook&utm_campaign=7-99-polirom-facebook&utm_content=new-3

25. DAFFI'S BOOKS

https://www.daffisbooks.ro 26. MAGIA MUNTELUI

http://magiamuntelui.blogspot.com

27. RAZVAN CODRESCU
http://razvan-codrescu.blogspot.ro/

28.RADIO ARHIVE

https://www.facebook.com/RadioArhive/

29.NATIONAL GEOGRAPHIC ROMANIA

https://www.natgeo.ro/revista

30. SA NU UITAM

http://sanuuitam.blogspot.ro/

31. MIRON MANEGA
http://www.certitudinea.o

32. CERTITUDINEA

www.certitudinea.com

Anunturi

Licenţa Creative Commons Această retea este pusă la dispoziţie sub Licenţa Atribuire-Necomercial-FărăModificări 3.0 România Creativ

Note

Hoffman - Jurnalul cărților esențiale

1. Radu Sorescu -  Petre Tutea. Viata si opera

2. Zaharia Stancu  - Jocul cu moartea

3. Mihail Sebastian - Orasul cu salcimi

4. Ioan Slavici - Inchisorile mele

5. Gib Mihaescu -  Donna Alba

6. Liviu Rebreanu - Ion

7. Cella Serghi - Pinza de paianjen

8. Zaharia Stancu -  Descult

9. Henriette Yvonne Stahl - Intre zi si noapte

10.Mihail Sebastian - De doua mii de ani

11. George Calinescu Cartea nuntii

12. Cella Serghi Pe firul de paianjen…

Continuare

Creat de altmariusclassic Dec 23, 2020 at 11:45am. Actualizat ultima dată de altmariusclassic Ian 24.

© 2021   Created by altmarius.   Oferit de

Embleme  |  Raportare eroare  |  Termeni de utilizare a serviciilor